Ce que "The Merge" signifie pour les crypto-monnaies

Article de Jeff Brown traduit et présenté par : Frédéric Duval
Le : 05/09/2022

Cher lecteur,

La volatilité continue d'affecter négativement les marchés financiers. Et le secteur des actifs numériques ne fait pas exception...

Depuis le début de l'année, les deux principales crypto-monnaies du monde - le bitcoin et l'ethereum - ont chuté de 50 % et 54 %, respectivement.

Le secteur doit également faire face à un désendettement majeur, avec l'effondrement de plusieurs projets de jetons et de fonds spéculatifs. Et une grande partie du secteur attend toujours que la prochaine vague survienne...

Je sais que c'est un moment douloureux pour les investisseurs en actifs numériques. J'ai personnellement vu mes propres investissements dans ce secteur sombrer au fur et à mesure que le marché de la crypto en général déclinait.

Et je sais que mes lecteurs ressentent la douleur en regardant leurs propres portefeuilles tomber dans le rouge pendant cette période de volatilité accrue.

Mais même si le marché des crypto-monnaies connaît un déclin plus général... il y a plusieurs catalyseurs potentiels à l'horizon que je surveille.

Et dans ce billet, j'aimerais mettre l'un de ces catalyseurs sur le radar des investisseurs.

Il s'agit d'une mise à niveau qui profitera à l'un des réseaux blockchain les plus populaires au monde - Ethereum. Et cela crée une opportunité d'achat sans précédent avant la prochaine hausse de la crypto.

 

Comment Ethereum a remodelé le secteur de la blockchain

Ethereum a été l'une des toutes premières blockchains de couche 1 jamais lancées. Fondé en 2014 par un groupe de développeurs - dont Vitalik Buterin, entre autres - le projet a démarré en levant environ 16 millions de dollars de bitcoins en 2014.

Cela a marqué le début de l'histoire officielle d'Ethereum. Environ un an plus tard, Ethereum a commencé à produire des blocs, c'est-à-dire un registre des transactions.

Si quelqu'un présentait une nouvelle blockchain aujourd'hui, cela pourrait ne pas sembler très impressionnant. C'est parce que nous avons des milliers de blockchains de couche 1.

Mais ce qui rendait Ethereum unique par rapport aux autres crypto-monnaies à l'époque, c'était deux développements spécifiques... qui rendaient tous deux possibles les applications décentralisées sur une blockchain.

Le premier développement était les contrats intelligents.

Comme nous le savons, les contrats intelligents sont de petits programmes qui sont stockés sur la blockchain. Ce qui les rend impressionnants, c'est qu'ils peuvent exécuter du code automatiquement.

C'est comme si votre climatiseur se mettait en marche dès que la température ambiante de votre maison dépasse les 23 degrés Celsius. Cela se produit parce qu'il est programmé pour le faire lorsqu'une certaine condition est remplie.

Pour les blockchains, il peut s'agir d'un prêt qui doit être clôturé en raison de certaines conditions. Par exemple, lorsqu'un prêt enregistré sur une blockchain est entièrement payé, le contrat intelligent du prêt est automatiquement fermé.

Ces types de transactions sont programmés pour se produire automatiquement, sans aucune intervention humaine.

La deuxième façon dont Ethereum se distinguait vraiment à l'époque était sa méthode d'exécution du code. Elle le fait par le biais de la machine virtuelle Ethereum, ou EVM.

L'EVM est la façon dont la blockchain connaît l'ordre dans lequel les choses doivent être faites. C'est comme si un climatiseur exécutait plusieurs étapes pour faire baisser la température de l'air. Il pourrait être programmé pour fonctionner pendant deux minutes si la température dépasse un certain niveau.

Puis, au bout de deux minutes, il vérifie à nouveau la température jusqu'à ce que l'air soit inférieur à un certain niveau. Une fois sous ce niveau, le climatiseur s'arrête et revérifie la température toutes les cinq minutes.

Il s'agit d'un ordre logique d'événements qui doivent se produire dans une séquence particulière.

Pour une blockchain, cette logique se déroule via l'EVM. Il exécute un code. Et cette exécution est également appelée calcul. Plus le nombre d'étapes requises pour l'EVM est élevé, plus le réseau a besoin de calculs.

Afin de réduire la probabilité que les gens ne spamment pas l'EVM, le réseau exige un paiement pour exécuter le code. C'est pourquoi nous avons besoin d'ETH dans notre portefeuille chaque fois que nous effectuons une transaction sur la blockchain.

Cet ETH est utilisé pour payer ce calcul. C'est ce que nous appelons les frais de minage.

La combinaison des contrats intelligents et de l'EVM permet à Ethereum de supprimer les intermédiaires.

Ces deux caractéristiques expliquent pourquoi des applications telles que MakerDAO (MKR) peuvent faciliter les prêts et les emprunts sans aucun intermédiaire. C'est également ainsi que des entreprises peuvent naître sur le réseau Ethereum.

 

Un écosystème à 1 milliard de dollars

Ces facteurs sont à l'origine de l'économie florissante d'Ethereum. À ce jour, Ethereum héberge près de 25 jetons, dont les valorisations dépassent le milliard de dollars. Ainsi, non seulement Ethereum est son propre réseau blockchain, mais il permet à de nouvelles entreprises et à de nouveaux projets de connaître un succès incroyable.

C'est en partie ce qui me rend si enthousiaste à propos de la prochaine génération d'Internet. Nous assistons à la naissance de nouvelles économies construites sur la technologie Web 3.0.

Le succès de ces applications reposant sur Ethereum est assez large.

Au cours des deux dernières années, nous avons vu la finance décentralisée (DeFi), les jetons non fongibles (NFT) et les jetons qui reflètent la valeur d'un actif sous-jacent (stablecoin) connaître un succès incroyable.

Ce succès a permis à Ethereum de dépasser les 71 millions de portefeuilles de jetons à la fin de l'année 2021. Il s'agit d'une croissance impressionnante. Pour le contexte, vers le début de 2018, ce chiffre ne dépassait pas les 10 millions de portefeuilles.

Le réseau réalise désormais régulièrement plus de 200 milliards de dollars de volume de transactions par mois. Ce chiffre était fréquemment inférieur à 10 milliards de dollars par mois il y a trois ans.

Tout ce succès a cependant un coût. Il pousse les capacités d'Ethereum à leur limite. La popularité massive d'Ethereum et la forte congestion ont entraîné un grave engorgement du réseau.

Et à l'heure actuelle, les frais de transaction sur le réseau restent un point sensible pour les utilisateurs. Comme je l'ai déjà souligné, les frais de transaction, ou "frais de gaz" (gas fees), peuvent être suffisamment élevés pendant certaines périodes pour rendre les transactions prohibitives pour beaucoup.

Bien qu'Ethereum ait connu une croissance énorme, je pense que ces problèmes l'empêchent d'atteindre un public encore plus large d'utilisateurs et de développeurs.

Et ce sont les raisons pour lesquelles les développeurs d'Ethereum sont occupés à construire Ethereum 2.0...

 

Les avantages de la fusion ("The Merge")

Il y a un malentendu majeur que j'aimerais souligner concernant Ethereum 2.0... Contrairement à certains rapports que j'ai vus, le coût des transactions ne sera pas réduit de manière significative.

Cela peut être une surprise.

Comme je l'ai mentionné, l'utilisation d'Ethereum est coûteuse. Une simple transaction peut coûter entre 5 et 25 dollars en fonction de la congestion. Et une transaction très compliquée peut parfois vous coûter plus de 100 $.

Cela soulève la question suivante : si l'effet sur le coût des transactions n'est pas significatif, pourquoi effectuer la mise à niveau ?

Il y a deux raisons principales à cette mise à niveau... Et au moins l'une d'entre elles ouvrira indirectement la voie aux développeurs pour résoudre le problème plus large des coûts de transaction élevés.

La première raison est de faire passer la blockchain du statut de Proof-of-Work (PoW) à celui de Proof-of-Stake (PoS). Cela signifie que les nouveaux blocs ne seront plus formés par des ordinateurs qui calculent des problèmes mathématiques très difficiles avant les autres.

Au lieu de cela, les nouveaux blocs seront formés par des validateurs qui mettent en jeu leurs jetons sur le réseau (staking). Cette méthode de validation des transactions est appelée Proof-of-Stake. Il s'agit d'une autre façon de dire que les utilisateurs mettent du capital à l'avance comme assurance contre les acteurs malveillants.

L'un des avantages de ce mécanisme de consensus est que l'énergie utilisée pour sécuriser le réseau diminue de plus de 99 %. À l'heure où le changement climatique et la réduction de la production d'électricité à base de carbone sont des sujets de discussion quotidiens dans l'actualité, ce résultat est le bienvenu.

Cela signifie également que les gestionnaires de fonds désireux d'investir dans des actifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) trouveront désormais l'ETH très intéressant.

On estime que les actifs sous gestion pour l'ESG mondial atteindront 53 000 milliards de dollars d'ici 2025, contre 35 000 milliards de dollars aujourd'hui.

Ainsi, lorsqu'un fonds se concentre sur l'exposition à la blockchain, Ethereum se retrouvera en tête de liste, à la fois en raison de sa migration vers la Proof-of-Stake et de sa liquidité.

L'Ethereum est la deuxième plus grande crypto-monnaie en termes de capitalisation boursière. Et bientôt, elle aura une faible empreinte carbone et produira un rendement d'au moins 5 % sur les jetons mis en jeu (staké).

Cette évolution fera de ce jeton l'un des actifs liés à l'ESG les plus recherchés lorsqu'il passera de PoW à PoS.

Ce seul fait fera de l'ETH un actif incontournable pour tout portefeuille d'actifs numériques à long terme.

Mais il y a une autre transformation que cette mise à niveau du réseau permet et que les marchés négligent actuellement... Et ce changement est précisément ce que je prédis qui créera une opportunité d'achat très attrayante pour les investisseurs dans les mois à venir...

 

Un investissement aligné sur le "mouvement vert"

Comme je l'ai dit précédemment, nous approchons rapidement d'un événement connu sous le nom de "The Merge".

Et ce sera le catalyseur le plus important à court terme pour l'ensemble du marché des crypto-monnaies.

"The Merge" (La Fusion) est le moment où Ethereum - le deuxième plus grand réseau blockchain du monde - passera de Proof-of-Work (PoW) à Proof-of-Stake (PoS).

Le premier impact de ce changement est que l'énergie utilisée pour sécuriser le réseau va chuter de plus de 99 %.

Et l'Ether - l'actif natif de la blockchain Ethereum - sera considéré comme un investissement aligné sur le "mouvement vert" au sens large.

Mais un autre développement important mettra en avant les solutions de mise à l'échelle (scalabilité) de la couche 2 d'Ethereum...

 

Applications de couche 2

Le passage de PoW à PoS permet à Ethereum de mettre en avant les solutions de mise à l'échelle de couche 2. En effet, la mise à niveau permet aux solutions de couche 2 d'être plus efficaces et efficientes.

Ethereum 2.0 rend essentiellement les données extrêmement accessibles et suffisamment sécurisées pour que les solutions de couche 2 puissent interagir avec elles.

Ainsi, alors que l'Ethereum continuera à être relativement cher, les solutions de couche 2 réduiront les coûts de transaction de plusieurs dizaines de dollars à quelques centimes. C'est le changement que les utilisateurs attendent depuis des années. Et je suis sûr que nous verrons les utilisateurs migrer rapidement de la couche 1 à la couche 2 dans les années à venir.

C'est également une excellente chose pour les développeurs d'applications. Ils pourront développer davantage de fonctionnalités et de conceptions qui ne sont plus freinées par les coûts.

En fin de compte, c'est une bonne chose pour le marché. Les blockchains de couche 2 seront en concurrence les unes avec les autres pour conquérir les utilisateurs. Et dans ce type d'environnement concurrentiel, l'utilisateur final est susceptible de l'emporter.

Cette évolution de la concurrence ne se situe pas dans un avenir lointain. Nous commençons déjà à le voir se produire...

Polygon, par exemple, a fait une annonce importante concernant une solution technologique qui rend les choses extraordinairement simples pour les développeurs via sa zkEVM.

Pour situer le contexte, les zkEVM sont ce que les développeurs de blockchain appellent un rollup à connaissance zéro (zk, zero-knowledge) - un réseau de "couche 2" qui fonctionne au-dessus d'Ethereum pour traiter les transactions, les regrouper et les transmettre au réseau principal de couche 1 d'Ethereum.

La solution zkEVM de Polygon réduira les coûts de transaction et augmentera considérablement le débit sur le réseau. Cette refonte est si importante que même le cofondateur de Polygon, Mihailo Bjelic, a déclaré : "Outre la fusion, c'est le deuxième événement le plus important en termes de technologie dans l'écosystème en général."

Optimism, une autre solution de mise à l'échelle, a récemment lancé son jeton OP sur le réseau pour gagner de nouveaux utilisateurs.

Puis, il y a deux mois, Starkware, une autre solution de couche 2, a annoncé avoir levé 100 millions de dollars à une valorisation de 8 milliards de dollars pour le développement commercial, entre autres raisons.

L'industrie voit où le mouvement est en train d'aboutir...

Et cette concurrence ne fera que s'accroître à mesure que les utilisateurs abandonneront la couche 1. La partie amusante ici est que tout commence avec "The Merge".

Avant d'aborder ce qui manque au marché en matière de "fusion", passons rapidement en revue ce à quoi il faut s'attendre dans les mois à venir en ce qui concerne le calendrier de cet événement.

 

La feuille de route d'Ethereum

Les développeurs d'Ethereum sont connus pour retarder les sorties. En apparence, cela est frustrant pour les investisseurs qui veulent que les dates soient respectées.

Mais pour les développeurs, il s'agit surtout de s'assurer qu'ils mettent les points sur les i et les barres sur les t. Nous ne devons pas nous décourager si nous constatons des retards dans les semaines et les mois à venir. C'est relativement normal.

Sur une note positive, les développeurs d'Ethereum effectuent déjà des simulations de la "Fusion" avec succès. Ils peuvent le faire grâce à leurs différents testnets.

Les testnets sont des endroits où les développeurs peuvent lancer des contrats intelligents pour voir comment ils fonctionnent, sans mettre en danger les utilisateurs ou leur propre capital. Ils permettent également aux développeurs de tester les mises à niveau pour voir si des problèmes surviennent - ce qui est pratique pour un événement aussi important que "The Merge".

À ce jour, les développeurs ont déjà commencé à tester "The Merge". En juin, le premier réseau de test, appelé réseau Ropsten (Testnet), a migré avec succès vers un modèle PoS. Il s'agissait d'un obstacle important, car les développeurs ont ensuite pu mettre à profit ce qu'ils ont appris, itérer et commencer à se préparer à le faire sur un autre réseau de test.

Si tout se passe bien, le prochain événement sera la fusion effective du réseau principal.

Cette date est actuellement prévue pour la semaine du 19 septembre... C'est tout près. Et avec ces étapes importantes à venir, les investisseurs voudront ajouter de l'ETH à leurs portefeuilles avant "la fusion".

La principale raison pour laquelle nous cherchons à le faire à l'avance est que l'économie d'Ethereum changera une fois qu'il passera à PoS. Et c'est là que nous voyons le plus de potentiel, en termes de prix, dans les mois à venir...

 

L'ETH devient déflationniste

Des millions d'ETH nouvellement minés entrent sur le marché chaque année. Bien que le montant en termes de pourcentage ait diminué au fil des ans, il reste important.

Dans le graphique ci-dessous, nous pouvons voir le taux d'inflation annuel des ETH depuis 2015 - Il se situe actuellement juste au-dessus de 4 %. Cela signifie qu'avec une offre actuelle de 119,78 millions de jetons, ce pourcentage représente près de cinq millions de jetons ETH au cours d'une année.

 

Il y a plusieurs avantages et inconvénients à avoir un taux d'inflation important pour un nouveau réseau - un réseau qui réalise la croissance exponentielle de sa base d'utilisateurs.

Mais ce sur quoi nous voulons nous concentrer ici, c'est ce qui se passe après "la fusion". Un trio de facteurs entrera en jeu, chacun ayant un effet déflationniste.

Et la combinaison de ces trois facteurs signifie que ce chiffre est susceptible de devenir négatif. En d'autres termes, chaque jeton ETH deviendra plus rare.

Imaginez un instant que le gouvernement américain détruise chaque année un pourcentage de la masse monétaire totale. Chaque dollar deviendrait probablement plus précieux avec chaque année qui passe. C'est ce qui va se passer avec Ethereum.

Et je voudrais prendre un moment pour décomposer les trois facteurs qui feront que cela se produira.

Le premier est le nombre de récompenses que recevront les validateurs de la blockchain.

Actuellement, le taux annuel de nouveaux jetons entrant en circulation s'élève à 4,85 millions d'ETH. Ce chiffre est basé sur les deux ETH qui sont créés pour chaque nouveau bloc ajouté à la blockchain. Après la "fusion", ce taux diminuera pour atteindre une fourchette de 180 000 à 1,8 million d'ETH.

Cette large fourchette dépend du nombre d'utilisateurs qui mettent en jeu leurs jetons pour devenir des validateurs. Plus il y a de validateurs, plus il y a de récompenses émises.

À l'heure actuelle, la plupart des grands réseaux PoS réalisent entre 60 et 80 % des jetons sur la blockchain. La principale différence entre Ethereum et les autres réseaux est que le jeton ETH a de nombreux cas d'utilisation.

Il est utilisé comme garantie pour les prêts, comme nous l'avons vu via MakerDAO. Il peut également être utilisé pour payer un jeton non fongible (NFT) sur le marché de l'art numérique, qui représente plusieurs milliards de dollars, ou simplement utilisé comme gaz (gas fees) dans un réseau où l'activité économique est la plus importante.

C'est pourquoi nous pouvons nous attendre à ce que le montant d'ETH staké sur le réseau soit inférieur à celui des autres réseaux. À moins de 50 %, cela signifie que l'émission se situera probablement au milieu de cette fourchette.

Si nous prenons le montant actuel d'ETH déjà alloué à ETH 2.0, le montant en mai 2022 équivaudrait à moins de 50 000 ETH minés pour le mois.

Le deuxième facteur contribuant à la pression à la baisse sur la nouvelle offre est une mise à niveau qui a eu lieu il n'y a pas si longtemps, appelée EIP-1559. Cette mise à niveau prend une partie des frais payés par les utilisateurs aux mineurs et la brûle.

Cela signifie qu'à mesure que l'activité du réseau augmente, davantage d'ETH sont brûlés. Plus de 2,55 millions d'ETH ont été brûlés depuis l'entrée en vigueur de la mesure en août 2021.

En mai de cette année, le réseau a brûlé un peu moins de 200 000 ETH. En utilisant des chiffres ronds, cela signifie que si Ethereum était en PoS en mai dernier, l'offre totale d'ETH aurait diminué d'environ 150 000 ETH.

Si nous mettons cela à l'échelle d'une année, cela revient à 1,8 million d'ETH, soit un taux d'inflation négatif de 1,5 %. C'est très significatif. Et cela nous amène au troisième facteur...

Shanghai est la prochaine mise à niveau prévue après "The Merge". Cette mise à niveau permet aux utilisateurs de débloquer leur ETH staké sur le réseau. Donc si vous avez staké votre ETH aujourd'hui, vous ne pouvez pas le débloquer. Il s'agit d'une transaction à sens unique.

Cela se traduit par moins d'ETH disponibles sur le marché jusqu'à ce que la mise à niveau de Shanghai entre en vigueur. Et pour l'instant, aucune date n'a été fixée. L'estimation actuelle se situe dans le courant de l'année 2023. Nous pouvons considérer le staking comme une sorte de puits d'approvisionnement pour l'année à venir.

 

Un choc d'approvisionnement majeur

Ces trois facteurs en tandem provoqueront un choc d'approvisionnement majeur en 2023.

Ce choc de l'offre ne reçoit pas autant d'attention qu'il le devrait au sein de l'industrie de la blockchain. Mais à ce jour, son importance est éclipsée par l'événement lui-même. En effet, la plupart des reportages se concentrent sur le fait que la "fusion" pourrait être retardée ou non.

Quels que soient les retards potentiels, nous pouvons ignorer les gros titres. Nous devons simplement nous concentrer sur le tableau d'ensemble de l'Ethereum 2.0.

À long terme, l'ETH sera un élément incontournable de tout portefeuille d'actifs numériques. Et la "fusion" créera l'occasion idéale pour les investisseurs de s'exposer à ce jeton leader du secteur.

Pour en savoir plus et découvrir l'ensemble des opportunités découlant de la mise à niveau "The Merge", je vous encourage vivement à cliquer sur ce lien avant qu'il ne soit trop tard.

 

Salutations,

Jeff Brown
Rédacteur en chef de l'Investisseur Tech

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter 
GRATUITE de Jeff Brown

Restez informé des coulisses de la Tech et des bonnes opportunités à saisir.