SpaceX s'apprête à construire 1 000 navettes spatiales en 10 ans

Article de Jeff Brown traduit et présenté par : Frédéric Duval
Le : 26/04/2022

SpaceX prend au sérieux l'idée d'envoyer des humains sur Mars...

Tous les regards sont tournés vers Elon Musk et Twitter en ce moment. Donc, je ne nous en voudrais pas si nous manquions une autre annonce majeure de Musk.

Mais c'est une annonce que nous ne voulons pas manquer. La dernière annonce de Musk est hors du commun et a d'énormes implications pour l'exploration spatiale.

Elon Musk vient d'annoncer que SpaceX prévoit de construire 1 000 Starships (navettes spatiales) au cours des dix prochaines années. Cela donnera à SpaceX la capacité d'envoyer un million de personnes sur Mars d'ici 2050. Ça devient réel...

Nous avons parlé du Starship de SpaceX à plusieurs reprises dans l'Investisseur Tech.

Pour les nouveaux lecteurs, le Starship est le premier vaisseau spatial polyvalent réutilisable au monde. Il est fait d'acier inoxydable et a la forme d'un silo à maïs géant. Il est donc un peu fou qu'il s'agisse du vaisseau spatial qui propulsera la mission habitée de la NASA sur la Lune en 2024.

Quant à ses dimensions, la dernière version du Starship mesure 120 mètres de haut et 9 mètres de large. Et il est capable de transporter plus de 100 tonnes dans l'espace.

SpaceX's Starship

 

Nous pouvons ici nous faire une idée de la taille du Starship. C'est le vaisseau spatial qui permettra la première colonie interplanétaire de l'humanité.

Et cela nous amène à ce qui est peut-être l'idée la plus innovante de Musk pour les expéditions sur Mars...

Mars est riche en matières premières comme l'oxygène, le dioxyde de carbone et l'eau (sous forme de glace). Ces matières peuvent être utilisées pour créer du méthane, qui est un excellent carburant propulseur.

Le plan de Musk est de construire une installation de fabrication de carburant sur Mars. Ce sera une priorité majeure pour certaines des premières missions habitées vers la planète rouge.

Le fait de pouvoir fabriquer du carburant sur Mars réduira la nécessité de transporter du carburant supplémentaire dans l'espace afin de soutenir les missions de retour. La fabrication de carburant sur Mars permettra à de nombreux vaisseaux spatiaux de revenir sur Terre pour être réutilisés, ce qui réduira le coût global de l'occupation de Mars.

Mais pour y parvenir, nous aurons besoin de beaucoup de vaisseaux spatiaux. C'est pourquoi l'annonce de 1 000 nouveaux vaisseaux spatiaux est si incroyable.

Ce qui rend cette annonce encore plus significative, c'est que toute la technologie nécessaire à la réalisation de ce projet existe aujourd'hui. Musk et son équipe de SpaceX ont déjà construit le lanceur à charge lourde, et le Starship a déjà effectué une série de vols suborbitaux réussis.

Musk pense que, grâce à la réutilisation et à la production de masse, SpaceX pourra finalement ramener le coût d'un billet individuel pour Mars à environ 100 000 dollars. Ce n'est pas vraiment bon marché.

Mais c'est un prix pour lequel ceux qui sont prêts à faire le voyage pourraient économiser. Je pourrais même imaginer que des entreprises envoient certains de leurs cadres et employés sur la planète rouge pour soutenir l'expansion de leurs activités. Qui ne voudrait pas participer à la création d'une entreprise multiplanétaire ?

En résumé, nous pourrions très bien avoir une présence habitée sur Mars d'ici dix ans. Cette idée aurait semblé folle il y a 10 ans... mais pas aujourd'hui. La technologie existe. Et SpaceX a déjà mis en place un plan clair pour en faire une réalité.

Bien sûr, il y a encore quelques étapes importantes que SpaceX doit franchir avant toute mission vers Mars.

La société se prépare à effectuer son premier lancement orbital du Starship le mois prochain depuis ses installations de Boca Chica au Texas. C'est la prochaine étape. En supposant que tout se passe bien et que SpaceX effectue une série de vols d'essai réussis, il est théoriquement possible de soutenir une mission habitée vers la Lune en 2024.

Après cela, Mars ne sera pas très loin derrière.

Je vous encourage vivement à découvrir ma publication du Millionnaire High-Tech pour en apprendre davantage. Cliquez ici pour en savoir plus.

 

SpaceX est le meilleur pari de la NASA pour atteindre la Lune

Aujourd'hui, nous faisons le point sur le programme Artemis de la NASA. Et ça ne se passe pas très bien...

Pour les nouveaux lecteurs, Artemis décrit le plan de la NASA pour établir une présence habitée sur la Lune. Cela inclut l'installation d'une base sur la Lune avant 2031...

Eh bien, l'inspecteur général de la NASA, Paul Martin, vient de nous donner une mise à jour... et cet objectif semble hors de portée à moins que la NASA ne change radicalement de cap. Selon Paul Martin, "les entrepreneurs aérospatiaux Boeing et Lockheed Martin ont fait preuve d'une mauvaise planification [et] d'une mauvaise exécution".

Pour rappel, la NASA a confié à Boeing et Lockheed Martin le Space Launch System (SLS) et la capsule Orion. Le projet Artemis prévoit que le SLS et Orion emmènent des membres d'équipage sur la Lune.

Cependant, ce programme a généré 10 milliards de perte. Et il n'a toujours pas fait la démonstration d'une fusée fonctionnelle.

En fait, le projet n'a rien pu démontrer de valable. Les entrepreneurs ont littéralement des années de retard sur la concurrence.

Outre le manque remarquable de performance et d'innovation des contractants, il existe également une incitation perverse due à la manière dont la NASA a structuré ses contrats.

Boeing et Lockheed Martin ont un contrat à prix coûtant majoré avec la NASA. Il s'agit d'une structure de contrat gouvernemental courante. Elle stipule que les contractants pourront facturer à la NASA les coûts directs de tout ce qu'ils ont dépensé, PLUS une marge convenue.

Cela signifie que les contractants ne peuvent pas perdre. Peu importe combien ils dépensent sur le projet, ils feront toujours leur marge. Et plus ils dépensent sur le projet, plus ils gagnent.

Il est facile de voir comment cela crée une incitation perverse à dépenser trop. Et c'est exactement ce que Boeing et Lockheed ont fait. Ils ont dépassé le budget de plusieurs milliards, ce qui équivaut à escroquer les contribuables américains.

En conséquence, la NASA a maintenant au moins deux ans de retard sur le calendrier. Artemis devrait être lancé en 2026 au plus tôt.

Et écoutez bien : les anciens contractants estiment toujours que chaque vol vers la Lune coûtera 4,1 milliards de dollars. Cela s'ajoute à tout l'argent qu'ils ont dépensé pour développer le système SLS.

En bref, il y a une meilleure solution.

La société SpaceX d'Elon Musk testera bientôt son vaisseau spatial orbital Starship. Si l'on s'en souvient, Starship est le premier vaisseau spatial polyvalent réutilisable. C'est celui qui ressemble à un silo à maïs.

Cet engin peut emmener l'équipage et le fret vers et depuis l'espace à plusieurs reprises. Et il peut le faire pour une fraction du coût du système SLS. Le prix par vol du Starship se mesurera en millions, et non en milliards.

Qui plus est, SpaceX a déjà prouvé que ses fusées Falcon 9 et Falcon Heavy fonctionnent bien. En fait, l'année dernière, SpaceX a lancé 31 fusées Falcon 9 avec un taux de réussite de 100 %. Le Starship aura probablement une trajectoire de succès similaire une fois qu'il aura atteint sa conception finale.

Je vois donc le Starship comme une excellente alternative au système SLS actuel. SpaceX a des années d'avance sur Boeing et Lockheed en termes de technologie. Et c'est beaucoup plus efficace d'un point de vue budgétaire.

À l'heure actuelle, le vol orbital du Starship est en cours d'examen par la Federal Aviation Administration (FAA). SpaceX ne peut pas tester le Starship tant que cet examen n'est pas terminé.

Initialement, la FAA devait autoriser SpaceX à effectuer son premier lancement orbital le 28 février. Cependant, la décision est maintenant fixée au 28 mars.

En supposant que la FAA donne son feu vert, je pense que nous verrons le Starship lancé en avril. Et s'il réussit, la NASA devra sérieusement envisager d'abandonner le modèle SLS et Orion au profit de SpaceX et du Starship.

C'est la seule façon de remettre le projet Artemis sur les rails.

Je vois donc cela comme un développement excitant. Et il est étonnant que des entreprises privées comme SpaceX soient désormais la clé de la prochaine génération d'exploration spatiale. Cela va être une histoire amusante à suivre.

Pour suivre l'ensemble des développements technologiques et profiter des opportunités d'investissements exceptionnelles qui en découlent, je vous recommande sincèrement de rejoindre ma publication Profits Technologiques.

Cliquez ici pour en savoir plus.

 

2021 a été la plus grosse année de SpaceX

L'année dernière s'est avérée être une année de records et de percées. Je ne me souviens pas d'une période de douze mois au cours de laquelle autant de développements incroyables ont eu lieu dans le monde de la technologie et de la biotechnologie.

Et ces avancées ont eu lieu indépendamment de la pandémie et de la volatilité apparemment constante des marchés. Le progrès ne pouvait tout simplement pas être arrêté.

C'est particulièrement vrai pour l'industrie aérospatiale. 2021 s'est avérée être une année record pour l'envoi de fusées en orbite. Peut-être que les choses vont mieux dans l'espace...

Au total, 144 lancements orbitaux ont été tentés l'année dernière, dont 133 ont été couronnés de succès. Il n'est pas facile d'envoyer quelque chose en orbite, donc ces chiffres ne sont pas mauvais du tout.

Mais ce qui est le plus incroyable, c'est que les précédents records ont été établis il y a très longtemps :

  • 1967 : 139 lancements ont été effectués, dont 122 avec succès.
  • 1976 : 131 lancements ont été effectués, dont 125 avec succès.

2021 l'a emporté à la fois sur le nombre total de lancements et, plus important encore, sur le nombre de lancements réussis. Il est incroyable de penser qu'il y a eu un écart de 45 ans entre cette année et le record précédent. Le progrès technologique ne s'est pas arrêté après tout.

Mais il y a eu un manque général d'innovation perturbatrice et d'investissement dans le secteur aérospatial pendant des décennies... du moins jusqu'à l'arrivée de SpaceX.

Sans SpaceX, le record de 2021 n'aurait jamais été atteint. Le géant de l'aérospatiale a lancé un nombre impressionnant de 31 fusées Falcon 9 et 100 % ont été couronnées de succès. C'est fou !

Mais ce qui est encore plus incroyable, c'est que SpaceX a réussi ce tour de force avec seulement deux nouvelles fusées Falcon 9. Les 29 autres lancements ont été effectués à l'aide de fusées Falcon 9 qui avaient déjà volé.

Je me souviens que certains pensaient que Musk était fou et dangereux de réutiliser des fusées pour le lancement. Aujourd'hui, SpaceX le fait au moins une fois par mois. Et les coûts de lancement ont considérablement diminué en conséquence.

Et maintenant SpaceX est là pour une année encore plus folle.

Avec ses 120 mètres de haut et ses 9 mètres de diamètre, ce vaisseau spatial est un monstre. Et il est prêt pour sa première mission en orbite.

L'Administration fédérale de l'aviation (FAA) a traîné des pieds pour autoriser SpaceX à lancer le Starship en orbite pour son premier vol d'essai. La décision est prise le 31 décembre de l'année dernière, mais elle a été repoussée au 28 février. Cela signifie un lancement probable en mars pour SpaceX.

Ce retard est regrettable, mais nous n'aurons à attendre que deux mois. Musk et son équipe ont un calendrier agressif à respecter, c'est pourquoi le timing est si important. Le Starship a été conçu à la fois pour lancer de gros objets en orbite et pour ramener des astronautes sur la Lune d'ici 2024.

Avec une charge utile de plus de 100 tonnes en orbite terrestre basse, il peut transporter une cargaison importante.

Et, bien sûr, le but ultime est d'utiliser le Starship pour alimenter la première mission habitée vers Mars, qui devrait avoir lieu dans la seconde moitié de cette décennie.

Ce n'est plus très loin. Nous n'aurons pas à attendre si longtemps.

Il est important que SpaceX réussisse. Pas pour son propre intérêt, mais pour celui de toute l'industrie.

Chaque succès et chaque record que cette incroyable entreprise établit incite le reste de l'industrie à s'engager, à investir et à faire plus.

Et j'espère que cela incitera la prochaine génération de scientifiques, de physiciens, de mathématiciens, de planétologues et d'ingénieurs à étudier, à travailler et à apporter de grandes contributions à leur carrière.

Je reste optimiste... Nous avons tellement de choses à attendre de l'avenir.

Pour suivre tous les progrès à venir, je ne peux que vous recommander de découvrir ma publication phare dédiée aux technologies de pointe en cliquant ici.

Si vous voulez découvrir les meilleures opportunités d'investissement dans le secteur de la biotechnologie, cliquez ici.

Dans l'optique de connaître mes meilleures recommandations dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies, découvrez ma publication Blockchain Millionnaire.

Et si vous souhaitez en apprendre davantage sur le boom du métavers et ses implications pour le futur avec plusieurs dossiers cadeaux dédiés, cliquez ici.

Enfin, pour traquer la Big Money et profiter de l'expérience d'un ancien trader qui a percé les secrets de Wall Street et afin de connaître les actions avant qu'elles décuplent leurs prix, cliquez ici pour en savoir plus.

Salutations,

Jeff Brown
Rédacteur en chef de l'Investisseur Tech

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à la newsletter 
GRATUITE de Jeff Brown

Restez informé des coulisses de la Tech et des bonnes opportunités à saisir.